L’année 2020 a été marquée par la crise sanitaire du covid-19. Avec des ravages humains qui ont secoué excessivement tous les pays du monde, les économies n’ont pas été épargnées. Il n’était plus question de pouvoir ni de développement, le virus a touché le cœur et l’âme de tous. Jusqu’à aujourd’hui encore, on compte plus de 6 millions de décès dans le monde entier depuis le début de la pandémie. Après deux ans d’études acharnées sur le vaccin, la solution semble relativement évoquer une source d’espoir. Toutefois, cette idée n’est pas unanime et le remède évoque des remises en question. Malgré les tensions, il faut admettre que les conséquences du virus sont nombreuses. Et le domaine du marché de l’or et de la monnaie n’a pas été mis à l’écart.

 

Le bouleversement de l’or après le covid

Le ralentissement de l’économie mondiale n’a pas ménagé le marché de l’or. Le cours de l’or évolue en parallèle avec la pandémie. Les investisseurs se reconnaissent difficilement dans cette situation. Toutefois, après la phase sombre du covid depuis 2020, le marché de l’or semble reprendre de son envol. La valeur refuge du métal jaune l’emporte sur la crise et la demande a fortement augmenté depuis le début de cette année. Une évolution progressive et lente certes, mais donne l’espoir d’une reprise à la normale. Aujourd’hui, le prix de l’or sur le marché augmente de l’ordre de 0.11 % à 0.39 %.

Si vous voulez vous fier à cette valeur d’investissement depuis le Nord de la France, vous pouvez avoir plus d’informations sur l’achat d’or à Amiens. La région est réputée pour ses belles baies sauvages et le paysage très pittoresque de la ville. Vous apprécierez les animations autour de la cathédrale Notre-Dame et les balades immergées à Saint-Leu. Vous ne passerez pas à côté des hortillonnages.

 

achat d'or à Amiens

 

Les suites économiques du Covid

Chaque pays subit à présent les résultats d’une longue période de confinements répétés. Entre arrêt de travail ou fermeture définitive, chaque opérateur subit le même sort. Le monde présente un scénario qui frôle le pire. Les économistes craignent une chute libre qui avoisinerait les 8 %. La crise sanitaire impacte tous les secteurs d’activités et chaque gouvernement tente si bien que mal d’y remédier à leur façon.

Le chômage est l’un des fléaux qui frappent les économies à la suite de la cessation d’activité. De ce fait, la rupture d’approvisionnement se fait constater partout. L’insécurité financière et sociale commence à s’installer progressivement à côté des incertitudes qui conduisent à des chocs de confiance. La restauration n’est pas facile et la demande du marché se fait rare faute de moyens.

 

Inflation ou déflation ?

La crise du covid est tout d’abord sanitaire puis mute en économique. La masse monétaire circulante en paie le prix du confinement et des cessations d’activités. Selon les analystes, la pause planétaire a engendré une forte baisse de la demande sur le marché de la monnaie. Les ménages consomment moins pour deux raisons : la suspension professionnelle et l’absence de besoin. Cette situation a donc signé la déflation.

Cependant, avec la vulgarisation du vaccin, le redémarrage économique paraît évident, mais compliqué. Ainsi, l’inflation à moyen terme est évoquée. Puisque les banques centrales injectent de la monnaie pour promouvoir l’économie post-covid, il est tout à fait logique d’aboutir à une hausse des prix du marché. Cette spirale s’enclenche avec la quantité de monnaie importante qui circule et qui n’est pas en phase avec la production de biens et services. De ce fait, elle s’affaiblit, créant une baisse du pouvoir d’achat.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.